Latè

Je suis ça : cette terre-là, et je l’ai dans le sang. Regarde ma couleur : on dirait que la terre a déteint sur moi et sur toi aussi. Ce pays est le partage des hommes noirs et toutes les fois qu’on a essayé de nous l’enlever, nous avons sarclé l’injustice à coup de machette.

Gouverneurs de la Rosée, Jacques Roumain

Bible appartenant à Morivia Joseph.

Tira, un jeune paysan de Kay Lanmi.

Des paysans au repos en mi-journée après leur première séance de travail, Cabaret.

Mais la terre, c’est une bataille jour pour jour, une bataille sans repos : défricher, planter, sarcler, arroser, jusqu’à la récolte, et alors tu vois ton champ mûr couché devant toi le matin, sous la rosée, et tu dis : moi untel, gouverneur de la rosée, et l’orgueil entre dans ton cœur. Mais la terre est comme une bonne femme, à force de la maltraiter, elle se révolte : j’ai vu que vous avez déboisé les mornes. La terre est toute nue et sans protection. Ce sont les racines qui font amitié avec la terre et la retiennent : ce sont les manguiers, les bois de chênes, les acajous qui lui donnent les eaux de pluies pour sa grande soif et leur ombrage contre la chaleur de midi. C’est comme ça et pas autrement, sinon la pluie écorche la terre et le soleil l’échaude : il ne reste plus que les roches. Je dis vrai : c’est pas Dieu qui abandonne le nègre, c’est le nègre qui abandonne la terre et il reçoit sa punition : la sécheresse, la misère et la désolation.

Gouverneurs de la Rosée, Jacques Roumain

Jean Robert, 19 ans, né à Port-au- Prince, résidant à Kazal.

Faucille appartenant à la famille d’Anselme Benoit, Kazal.

Oredon Louis, un jeune paysan quittant son champ ses outils sur le dos.

Pratique traditionnelle chez les payans haïtiens qu’on appelle « Konbit » signifiant « entraide », Cabaret.